test-darkest-dungeon-fr-logo

Je me suis mis récemment à The Darkest Dungeon. Ceux qui me connaissent savent que je suis un grand fan de tactical rpg. A l’époque, de la Playstation, j’ai été un grand fan de Final Fantasy Tactics et Vandal Hearts que j’ai fait et refait plusieurs fois tant ils étaient bons.

Depuis, le genre a perdu en intérêt auprès du grand public et les jeux de ce genre se comptait sur les doigts de la main. Il y a bien eu Disgaea, Valkyria Chronicles ou encore le récent The Banner Saga, mais rien d’aussi fou que les 2 cités plus haut sur PSX. Puis début février, le dénommé « The Darkest Dungeon » est arrivé.

PRÉSENTATION RAPIDE DU JEU

The Darkest Dungeon est un jeu ou l’on incarnera 4 mercenaires qui vont devoir tenter de reprendre des terres, et ce, expédition après expédition.

La direction de ces mêmes mercenaire va se faire à travers un scrolling horizontal à l’ancienne ou l’on devra avancer de gauche à droite à chaque fois. Chaque couloir et pièce se découvre en temps réel dans les déplacements (clavier) et les interactions avec le décor (souris). Bien évidemment, des ennemis sont présents sur notre chemins et c’est là que se joue le tour par tour.

TU AS PEUR DU NOIR ? DOMMAGE…

Mais le point crucial à retenir de ce petit jeu est la gestion de la lumière et du stress. Il faudra s’équiper suffisamment en torches pour que nos héros puissent se diriger sereinement dans les couloirs et minimiser les rencontres surprises avec les ennemis. Mais surtout, qui dit moins de lumière dit + de stress. Et si l’un de vos personnage devient trop stressé, il risque de perdre la boule.

La gestion psychologique et mentale des personnages est gérée finement, durement et il faut savoir faire attention à son équipe. A quoi bon faire monter un personnage au niveau 5 s’il devient claustrophobe, cleptomane et masochiste ?

D’ailleurs, bien gérer son équipe est importante car même si vous pouvez recrutez gratuitement vos mercenaires, la mort dans le jeu est définitive. Pas de potion de vie pendant ou hors des combats mais plutôt des aptitudes à gérer le stress et des traits de caractères positifs et négatifs avec lesquels vous allez devoir jongler.

C’EST DUR ? NON, C’EST TRÈS DUR…

Pour ajouter encore plus de fun à tout ça, le jeu est très difficile. La gestion du stress, des pouvoirs, des traits des personnages mais aussi de l’argent doit se faire avec la plus grande attention. S’amuser à faire plein d’équipes et les envoyer au bûcher ne fonctionnera pas car vous serez vite à court d’argent pour vous équiper. A l’inverse, être riche mais éviter les missions longues ou spéciales n’est pas non plus la voie à adopter car vous n’avancerez pas vraiment dans le « scénario ».

Pas de niveau de difficulté sélectionnable en début de partie et la sauvegarde se fait automatiquement donc n’espérez pas non plus jouer avec ça.

UN TACTICAL RPG FAIT AVEC TALENT

Cependant, derrière cette difficulté élevée et un gameplay qui ne pardonne pas les grosses (et certaines petites) erreurs, The Darkest Dungeon est, selon moi, une nouvelle référence en matière de Tactical RPG, notamment sur PC.

L’aspect artistique est tout simplement génial, glauque et soigné. Les musiques et les bruitages sont également excellents. A cela s’ajoute un narrateur que vous entendrez tout au long de votre aventure et vos combats. Là aussi, la voix est juste superbe et notre narrateur s’exprime dans un anglais soutenu et entraînant !

Le  tutorial du jeu est très bien fait et on arrive facilement à prendre en main l’ensemble du jeu, le rendant alors accessible. Par la suite, c’est votre capacité stratégique qui fera le tout. A date, le jeu est disponible en accès anticipé sur Steam mais à 20$, il y a vraiment de quoi se faire plaisir et je n’ai noté à date aucun bug ou problème dans l’interface.

Bref, à tester pour tout adorateur de jeux de rôles tactiques !

Darkest-Dungeon-Carte

Darkest-Dungeon-combat-critique

Darkest-Dungeon-combat