Comment construire l’architecture de son site web en suivant les bonnes pratiques SEO ?

Voilà une question que j’ai l’habitude de me faire poser et à mon humble avis, je ne dois pas être le seul. Mais reprenons du début.

1) Qu’est-ce qu’une architecture de site ?

L’architecture d’un site se résume à la structure par laquelle les utilisateurs et les moteurs de recherche vont passer pour naviguer entre les différents contenus. Une bonne architecture de site constitue, selon moi, en une navigation facile et intuitive qui va minimiser le nombre de clics nécessaire pour accéder aux contenus, que ce soit pour les moteurs ou les utilisateurs.

La majorité des référenceurs vous conseilleront d’y penser en amont (s’ils y pensent en fin de projet, changez de référenceur, ça vaut mieux pour vous). Lors de cette réflexion, plusieurs points sont à considérer.

1) Lister les familles d’éléments à intégrer

La première question à vous poser est de savoir quels contenus y aura-t-il sur votre site ? Est-ce un site d’actualité ? Un magazine thématique ? Un site ecommerce ?

Selon le type de site, vous allez certainement avoir plusieurs familles de contenus qui vont être mis en ligne. Votre premier travail va consister à correctement classer vos contenus par famille. A partir de là, vous commencez déjà à élaborer un début d’architecture de site.

En effet, classer vos contenus par famille et par type va vous aider à y voir plus clair, mais aussi à segmenter votre site en plusieurs parties. Et qui dit plusieurs parties dit aussi plusieurs pages. La densité de pages sur une même thématique fait parti des critères SEO à prendre en compte pour l’indexation et le positionnement de vos résultats.

2) Penser à une architecture indexable

Structurer son site, c’est bien. Le rendre indexable, c’est mieux. Pour cela, vous devez faire en sorte que les différentes catégories et sous-catégories de votre site soient très facilement référençables pour un moteur.

Facilement référençable pour un moteur équivaut également à « facilement trouvable pour un humain ». De ce fait, vous vous devez d’afficher l’accès à vos catégories dès la page d’accueil. Quant aux sous-catégories, il ne faut pas non plus qu’elles fassent l’objet d’une fouille longue et ennuyeuse pour l’utilisateur.

Le genre de page d'accueil qu'il ne vaut mieux pas avoir...

Pour que cela soit référençable, n’oubliez pas de faire une architecture de navigation complète en HTML. Je ne souhaite pas débattre sur le sujet du flash mais aujourd’hui, c’est encore le jour et la nuit entre l’efficacité des 2 langages donc autant prendre le plus efficace et… Le plus accessible !

En complément, vous pouvez toujours faire un petit sitemap html pour vos utilisateurs, au cas où votre site regorgerait d’un très grand nombre de familles de contenus… Mais par pitié, ne soyez pas obsédé par le sitemap XML.

Ce fichier n’influe absolument pas sur les performances de vos pages. Quant à l’indexation, laissez faire la nature plutôt que de forcer le référencement de vos pages. Le sitemap fait du buzz cette année, je ne sais pas pourquoi mais je m’en fiche complètement et apparemment, je ne suis pas le seul.

Enfin, qui dit architecture indexable dit aussi URL crawlable. Bien sûr, on pourra toujours s’amuser à faire de la réécriture d’URL mais ce n’est pas non plus obligatoire. Une URL courte et crawlable peut tout aussi bien faire l’affaire, d’autant plus que les crawlers se sont nettement amélioré dans leur façon de crawler.

Evitez juste d’avoir quelque chose de ce genre :

www.monsite.com/sous_categorie.php?searchType=tags&searchString=Mots-clés

J’avais écrit un post en 2008 sur l’URL rewriting. Bien que le post ait 4 ans, certains points sont toujours valables.

Quand je parle d’URL courte, voici un exemple :

www.monsite.com/categorie/sous-categorie/id-8755e4

Certes, le titre de mon article n’est pas réécrit dans mon URL… Mais est-ce vraiment grave ?

3) Le nombre de liens par page

Pareil, c’est un sujet qui fait toujours polémique sur la toile. Il n’y a pas de réponses magiques à cela, mais plutôt de vous donner un chiffre qui peut paraître subjectif, je préfère revenir sur le fond du problème.

Avoir de nombreux points d’entrées depuis une homepage, ça a du sens. Depuis la page d’accueil d’un site, un moteur, comme un utilisateur, doit pouvoir facilement accéder à un bon tas d’informations en tout genre.

Cette règle est également vraie pour la page d’accueil d’une catégorie.

Cependant, plus on se rend en profondeur dans le site, moins on aura envie d’avoir plein de liens dans tous les sens. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on ne souhaite pas perdre l’attention de l’utilisateur à travers toute cette structure… Et le principe reste le même pour les moteurs.

Certes, on conserve les liens qui nous paraissent cohérents, notamment au niveau de la structure et de la navigation (verticale et horizontale) mais avoir 100 liens depuis un contenu spécifique qui nécessite 6 cliques pour s’y rendre… Vous, je ne sais pas mais moi, je ne trouve pas ça super optimal.

4) Structurer son site à l’horizontal

Avoir une structure de site verticale et cohérente, c’est déjà très bien. Cependant, le référencement de vos pages dans les moteurs est la première étape. En effet, pour jouer sur le positionnement, il va falloir s’intéresser à l’accès de vos contenus.

Un moteur, comme un humain, doit être capable de deviner facilement si un contenu est important ou non. Et c’est la même chose pour un moteur.

Dans cet exemple, j'ai un sérieux doute sur la facilité d'accès à vos contenus spécifiques...

Pour cela il est important de démultiplier les chemins d’accès aux contenus clés de votre site. Cela peut très bien se faire via des mises en avant spécifiques, des liens en contenus relatifs, des accès directement depuis le cœur de vos pages de contenus, etc…

Un moteur comme un utilisateur pourra déterminer les contenus clés de votre site web...

Pour ma part, j’appelle ça de l’optimisation de la navigation horizontale et cette optimisation est fondamentale car elle va permettre aux crawlers de deviner les contenus clés de votre site. Après, libre à vous pour faire jouer votre imagination et créer de la navigation horizontale pertinente, intuitive et performante d’un point de vue SEO.

En clair, si vous avez un contenu orphelin sur votre site, ça sent très mauvais…

5) Indicateurs de mesure pour l’indexation de mon site

Une fois votre structure développée ou améliorée (si vous en aviez déjà une), il va falloir mesurer l’évolution de tout ça !

Pour cela, il existe deux façons très simples d’étudier -en dehors des visites- l’évolution du référencement de vos pages :

  • La première consiste à utiliser un simple site:%nom-de-domaine% dans Google et voir l’évolution.
  • La deuxième, plus intéressante, consiste à se rendre dans votre outil de statistiques et à analyser la croissance du nombre de landing pages. Le blog SEOMoz a illustré ce processus dans un exemple avec Google Analytics.

Quoi d’autre ?

  • Si vous souhaitez voir un site qui applique à la lettre ces recommandations, rendez-vous sur Amazon, le pionnier du netlinking et d’une structure user/search engine friendly qui existe depuis le début des années 2000.
  • Pour compléter cette lecture, quoi de mieux que de s’intéresser à la pagination pour le SEO.
  • Un article de Yoast qui parle également de structure de site.
  • SEOBook avait fait également un article sur la façon de structurer son site, en s’attardant davantage sur la crawlabilitée des points d’accès.
  • Enfin, la structure d’un site fait toujours partie des éléments lors d’un audit seo, que le site existe ou pas… Pensez-y !

Si vous pensez qu’il manque un élément à ce guide se rapportant purement et proprement à la structure, n’hésitez pas à le signaler en commentaire.