Bing Webmaster Tools for SEO

Depuis la présentation en live du nouveau Bing Webmaster Tools lors du SMX Advanced de Seattle, j’avais hâte de pouvoir le tester moi-même. Plutôt que d’y aller point par point, je vais revenir sur les différentes fonctionnalités et services de l’outil que j’ai apprécié.

  • Activité du site : bon aperçu en homepage avec la part des clics de recherche/impressions/pages analysées/pages d’erreurs/pages indexées. Je trouve le tableau concis et bien présenté.
  • Contrôle horaire de la fréquence du crawl : je trouve cette option tout simplement géniale et elle fait également le bonheur des administrateurs systèmes. Quoi de mieux que de réduire la fréquence de crawl lorsqu’il y a foule sur le site pour ne pas ralentir les serveurs.
Bing fréquence du Crawl aperçu
Gérer la fréquence du crawl de Bingbot par heure, c’est vraiment pratique, croyez-moi !
  • Désavouer des liens : très pratique pour lutter contre le negative SEO, on peut choisir de désavouer des sources qui font des liens entrants pourris vers votre site. Vivement que cette option arrive sur Google Webmaster Tools.
  • SEO Report : le petit cadeau pour les SEO. Bing liste les points à régler d’un point de vue SEO en les classant par niveau d’importance. Plutôt pratique !
  • Link Explorer : version plus aboutie que le service Google, vous pouvez afficher les liens entrants d’une URL que vous avez déjà enregistré (possibilité de classer le tout par URL ou domaine).
  • SEO Analyzer : autre fonctionnalité sympathique avec une approche plus imagée. Pour une URL, Bing liste l’ensemble des points à corriger en suggérant quelques options SEO.
  • Webmaster API : Bing permet d’utiliser tous les services de la nouvelle version de son outil à travers une API. Pas forcément indispensable mais bon à savoir.

Bref, cette première approche effectuée m’a donné un avis plutôt positif de la nouvelle version du Bing Webmaster Tools. Microsoft a rattrapé son retard au moins sur cet outil et cela est arrivé en même temps que la nouvelle version du moteur.

Bien sûr, en France et même au Canada, ça fait un peu sourire lorsque le trafic issu de Bing représente 5-6% mais aux Etats-Unis, la donne n’est pas la même et je ne vous cache pas que j’aimerais bien que le monopole Google s’affaiblisse peu à peu.

Note : certaines fonctionnalités prennent du temps avant de s’activer (parfois plusieurs semaines), donc ne vous étonnez pas si vous n’avez pas accès à tout juste après avoir validé votre site.