Vue du Mont Ararat depuis l'ArménieAprès avoir reçu plusieurs messages de la part de mes lecteurs, j’ai choisi de faire un post en ce qui concerne la gestion des images au niveau SEO. La plupart des sites web ont un business où un but qui repose majoritairement sur l’affichage d’images et photos.

J’ai voulu faire comme un post guide qui rassemble l’ensemble des points à considérer au niveau de l’optimisation de ses images pour le seo. S’il n’y a rien d’exceptionnel au niveau de l’optimisation des images, un petit mémento ne peut pas faire de mal.

1) Nommage du fichier

De mon point de vue, le nom attribué à l’image a un poids non négligeable au niveau de votre positionnement et indexation. Pour cette estimation, j’ai effectué environ une trentaine de recherche totalement différentes dans Google images et j’ai regardé les résultats qui remontaient. Sur ces 30 recherches, 19 renvoient des résultats où les 30 premiers fichiers avaient un nom réécrit. Trop vague ou trop court comme analyse ? Peut-être, mais ça m’a donné un aperçu.

Nommer une image « gateau-au-chocolat-anniversaire-1.jpg » est préférable à un « P0955678.jpg », que ce soit pour le moteur, mais aussi pour l’internaute. En effet, au survol de l’image, les mots-clés en rapport avec la recherche se mettent en gras, comme pour la recherche classique. Bien sur ici, un simple coup d’oeil au visuel va vous permettre d’avoir une première impression, mais c’est toujours un moyen supplémentaire de renforcer l’attention de l’utilisateur.

Bien souvent, chaque image que l’on souhaite mettre sur son site possède un nom pas très « user friendly ». Renommer chaque image à la main est un travail d’esclave. Le mieux est d’utiliser un outil qui sait faire ça sans problème, comme par exemple A better finder rename pour Mac. Je n’utilise plus Windows depuis longtemps mais à l’époque, j’utilisais Ant Renamer qui faisait ça très bien (peut-être y a-t-il une fonction intégrée à Windows 7 pour faire ça…?).

2) Utilisation de la balise ALT

Bien souvent, on confond attribut ALT et TITLE. L’attribut title correspond à une information additionnelle que vous rajoutez par exemple sur un lien, alors que l’attribut ALT correspond à un titre alternatif, utilisé notamment pour les images. Si pour x ou y raison, l’image qui doit s’afficher ne peut pas se charger, c’est ce titre qui apparaît.

Et c’est d’ailleurs pour ça que Google prend en compte uniquement l’attribut ALT (oubliez l’attribut title, Google n’en tient pas compte).

De ce fait, la balise ALT doit être, le plus souvent possible, correctement renseignée. Voici un exemple :

  • montreal québec canada vacances pas cher : balise ALT pourrie, ça sonne comme un vilain spam.
  • ville montreal : balise ALT beaucoup trop générique.
  • vue de montreal depuis le mont-royal : balise ALT adéquat.

3) Légende de l’image

La légende de l’image prend toute son importance au niveau SEO car elle correspond aux mots-clés jouxtant l’image dans votre page HTML. Contrairement à la balise ALT ou le nom du fichier, la légende est directement visible par l’utilisateur. En suivant notre exemple, on pourrait avoir par exemple :

  • Une magnifique vue panoramique de Montréal depuis le Mont-Royal !

Ainsi, on diffère un peu de la balise ALT tout en reprenant les mots-clés essentiels qui caractérisent cette image.

4) Taille et poids de l’image

On le sait tous ou presque, je l’ai déjà rabâché dans mes précédents posts, le poids d’une page web est un critère pris en compte dans l’algorithme de Google. Bien souvent, les images sont négligées et on arrive alors à des pages qui pèsent plusieurs centaines de ko. A vous de trouver un bon équilibre entre un poids raisonnable et une qualité d’aperçu tolérable pour l’utilisateur. Évitez d’avoir des fichier de 5 Mo qui se chargent par paquet de 20 sur une page, même si c’est pour de la photographie professionnelle :-) .

Au niveau de la taille, prévoyez d’avoir une version miniature (thumbnail) ainsi qu’une version plus grande de votre image (1024*768 par exemple). Si la version petite linke vers la grande, c’est encore mieux pour que le moteur puisse faire le rapprochement entre les deux. Je parle d’utiliser une grande taille (mais pas immense non plus) afin de répondre à un plus grand nombre d’utilisateur. On ne cherche pas tous des images qui font 1900*1200px, et tomber sur une version miniature de l’image uniquement (150*150px) est souvent frustrant et engendre un vilain rebond :).

5) Trafic, liens et taux de clic

Dernier point mais pas des moindres, je pense fortement que Google prend en compte le taux de clics et le trafic généré sur chaque image dans son algorithme, comme c’est le cas pour la recherche classique. Après tout, si dans les résultats, c’est toujours la 12 ème image de gâteau d’anniversaire qui génère bien plus de clics que les autres, je ne vois vraiment pas pourquoi Google la laisserait en 12ème place, non ?

Bien évidemment, le nombre de liens entrants vers la page de l’image ou l’image vont avoir un impact sur le positionnement également.

Reste qu’au niveau trafic, n’hésitez pas à regarder quelles sont les images qui vous génèrent le plus de trafic depuis les moteurs et voyez s’il n’est pas possible d’apporter une petite optimisation, sait-on jamais…

Conclusion

  • Nommer vos fichiers mais évitez des noms trop long (on préfère « anniversaire-germaine-2011-1,2,3… » à « la-soirée-anniversaire-de-tata-germaine-au-restaurant-le-pecheur-1,2,3… ».
  • Focaliser le contenu de la balise ALT sur le contenu réel de l’image et ne pensez pas à faire du spam (le poids seo global est vraiment faible).
  • Si possible, utiliser des titres de pages pour vos images, une description d’introduction, afin de créer un univers sémantique en rapport.
  • N’oubliez pas de bien remplir le title et la meta description des pages qui vont contenir vos images.
  • Rédiger si possible une légende pour chaque image (5-7 mots max).
  • Garder en tête de créer un maillage de liens intelligents, pour l’utilisateur comme pour les moteurs. Même si c’est des images que vous avez sur votre site, ça reste du contenu.
  • Encourager les utilisateurs à utiliser vos images, tout en sachant qu’ils y incluront un lien vers l’original ;).
  • Trouver un moyen de calculer le ROI pour le trafic sur vos images. Quel est votre objectif ? Le max d’images visualisées par visite ? Le téléchargement d’images ? Le nombre de commentaires ? L’inscription à une newsletter de photos ?