multi_langues_seo.jpg

Une question qui revient plus qu’on ne le pense en référencement : comment bien faire un site en plusieurs langues pour qu’il ne soit pas bloquant au niveau du référencement naturel ? Pour faire simple, 4 solutions existent. Reste à savoir laquelle vous choisirez et surtout si vous êtes prêt à dépenser un peu plus de temps et d’argent pour « bien faire les choses » :

1) Un nom de domaine par langue

Il s’agit à mon avis de la meilleure solution possible et celle que je recommande dans mon entourage. Avec un nom de domaine par site, le moteur pourra gérer indépendamment chacune des pages de chaque version du site. En outre, vous aurez le luxe de ressortir comme il le faut si les internautes choisissent l’équivalent des « pages francophones » mais dans une autre langue, le nom de domaine correspondant alors au pays. Avec une telle solution, impossible de troubler le moteur.

Deux inconvénients à cette solution : le coût (un nom de domaine, ce n’est pas cher mais en avoir 5 ou 6, c’est un peu différent) et la capacité à gérer plusieurs domaines dans plusieurs pays différents, que ce soit au niveau technique ou juridique.

2) Un répertoire par langue

Cette solution consiste à créer sur votre unique domaine un répertoire pour chaque langue pour avoir un site sous la forme www.monsite.com/fr/ – www.monsite.com/uk – www.monsite.com/de – et bien d’autres possibilités. L’avantage de cette pratique est de tout rassembler au même endroit et de réduire les coûts.

L’inconvénient majeur de cette méthode est que quoiqu’il arrive, le moteur de recherche verra un seul et même site web, peu importe le répertoire sélectionné. Et cela ne risque pas de jouer en votre faveur dans les résultats des moteurs de recherche. En outre, si la traduction n’est pas faite proprement et de manière systématique sur tous les répertoire, le moteur peut rapidement lier cette méthode à une technique de clustering…

3) Un sous-domaine par langue

L’ajout de sous-domaine pour un site est une solution intéressante dans le sens ou elle possède les avantages de la solution 1 en réduisant au maximum les coûts puisque vous restez sur votre domaine principal. Visualisez un exemple sous Google pour vous en rendre compte. Chaque sous-domaine sera donc considéré comme un site web différent, pour peu que vous n’abusiez pas de l’utilisation des sous-domaines pour tout et n’importe quoi. N’oubliez pas que les sous-domaines étaient autrefois utilisés par des référenceurs scrupuleux pour créer un ensemble de mini-sites, censés apporter un meilleur référencement au site principal… Bref ! Faites les choses proprement et tout ira bien.

Le principal inconvénient de cette méthode réside dans l’accès au site par les internautes. 99% de la population a l’habitude de taper www.monsite.com alors qu’ici, il ne sera pas question de taper www mais directement le nom du sous-domaine.

4) Mélanger plusieurs langues sur une même page

Probablement la pire « solution » que l’on puisse vous proposer. En faisant des pages multilingues, vous perturberez fortement le moteur de recherche qui n’arrivera pas à vous indexer correctement d’un point de vue géographique. Cela se répercute aussi sur les pages de résultats. Ce système est (souvent) accompagné d’une home possédant juste 2 drapeaux pointant vers les mêmes pages, en se calant sur une ancre. Bref, une véritable horreur pour un moteur. Des mots de plusieurs langues sur la même page, et au final un moteur qui réagira mal : un excellent moyen de ruiner son référencement !