Derrière ce titre un peu provocateur, mon but est de faire un point concret et réel sur l’implantation des data liées à l’authorship… De la bullshit mon titre ? Pas tant que ça en fait.

Ce qui va suivre n’engage que moi et résulte d’une analyse menée au cours des derniers mois

Un petit retour aux sources avec Author rank et Authorship ?

Commençons avec cette histoire d’Author rank qui a remué terre et ciel lorsqu’Eric Schmidt l’a annoncé publiquement en février 2013. L’author rank est une méthode d’analyse générant un score qui existait déjà bien avant cette annonce chez Google. Voici quelques uns des critères pris en compte :

  • La reconnaissance d’un champ de données UGC d’un document produit par l’utilisateur.
  • Le calcul d’un facteur de qualité globale pour le document web .
  • Le calcul d’un rang « auteur » pour un champ de données spécifique
  • La génération d’une note pour le champ UGC en se basant sur le contenu du champ auteur et la qualité du document web.
  • Fournir un résultat dans les moteurs incluant le contenu du champ auteur avec un classement qui se base sur la productivité de l’auteur ainsi que les emplacements web où il a publié du contenu (écrire un article économique sur LeMonde.fr doit avoir plus de poids que sur le blogdegerard.biz).

L’Authorship est quant à lui la simple association d’un contenu au profil de son auteur, profil qui est bien évidemment sur Google plus. Cela permet au final de vérifier la paternité d’un contenu.

Pourquoi nous dit-on que les snippets d’auteurs vont accroître le taux de clics ?

En faisant cela, je jette la pierre à certains référenceurs mais il faut bien l’avouer. L’authorship permet de confirmer la paternité d’un contenu mais n’est certainement pas systématiquement associé à une hausse du taux de clics.

D’abord, je n’ai pas réussi à trouver une vraie analyse me démontrant les bienfaits de l’authorship sur le CTR. De mon point de vue perso, j’ai bien eu quelques changements sur certains articles de mes clients, mais ce n’est pas systématique.

Pire encore avec le temps, il y a même des contre-exemples permettant de voir qu’il est inutile de faire de l’authorship dans certains cas. En effet, mettre de l’authorship sur un service me semble un peu inutile, surtout si ce service concurrence déjà un outil propre au moteur.

Sur la requête meteo Bologna, je trouve clairement que le snippet dû à l’authorship résulte d’une mauvaise analyse du besoin. Ce n’est pas parce que je vois la tête de ce « gus » que la météo sera plus fiable sur sa page.

Pas mal de gens disent sur leur blog qu’il faut absolument mettre de l’authorship pour augmenter le CTR. A mon avis, cette pensée est erronné.

Je pense qu’il faut d’abord se dire : vu mon site web, ai-je intérêt à confirmer la paternité de mon contenu auprès de Google ? Si j’ai un site d’actualités, de conseils éditoriaux ou encore un blog personnel, oui.

Vous produisez vos contenus, vous faites travailler vos méninges pour écrire des beaux articles (si possible sans fautes) et c’est important pour vous de montrer patte blanche à Google en matière de paternité de contenu… Surtout si un pourri aspire tout le contenu de votre site.

En revanche, votre site parle de météo, vous avez développé un moteur tout nouveau ou un service ? A ce moment, forcer l’authorship dans les résultats risque d’être pas mal incohérent. Confirmer la paternité de ses contenus éditoriaux, oui.

Mais si quelqu’un vous pique une idée, c’est pas un snippet Google Author qui va vous sauver la peau des fesses et encore moins augmenter le CTR sur le résultat.

Penser au long terme

Néanmoins, il y a une raison qui me pousse toujours de mon côté à appliquer rapidement  des microdata à mes contenus web s’ils correspondent, pour une simple et bonne raison : penser au long terme et à ce que les moteurs vont faire avec ces données interprétées.

Avec le temps, que ça soit de l’authorship, de la recette ou toute autre forme de microdata, ça va permettre à Google d’afficher le contenu web dans plusieurs plateformes qui appartiennent/appartiendront au moteur.

Un exemple tout bête ? Google Actualités ? Votre contenu est une nouvelle ? Cool, vous pouvez apparaître dans la recherche Google web, Blogs et News.

Comment Google peut me féliciter pour mon travail ?

Que ce soit pour l’Author Rank ou l’Authorship, Google a sans doute plusieurs critères à disposition pour juger la qualité de votre création, dont entre autre :

  • La fréquence de création de contenus de l’auteur
  • Les emplacements web où l’auteur rédige des contenus
  • Le nombre et évolution des commentaires
  • La qualité de rédaction
  • Le partage du contenu via les réseaux sociaux
  • La qualité du profil Google Plus

En conclusion

L’authorship est, selon moi, important si une des 2 conditions suivantes est remplie :

  • Renforcer le niveau de confiance auprès de votre lectorat
  • Confirmer la paternité de vos contenus web auprès du numéro 1 des moteurs de recherche dans le monde.

En revanche, dire que l’on va faire de l’authorship pour augmenter le CTR et donc automatiquement l’Author rank me paraît être une belle aberration.

Certes, l’authorship peut augmenter le CTR sur votre résultat (merci les rich snippets) mais c’est vraiment loin, très loin d’être systématique selon les circonstances et surtout, le CTR ne doit pas être la raison de mise en place de l’authorship. Ne comparons pas une donné à un être humain.

Et vous, qu’en pensez-vous ?