Pendant très longtemps, le nombre de pages vues s’est avéré être un indicateur statistique adoré par les différents acteurs d’un site web (développeurs, marketeux, commerciaux…).

Pour info : le nombre de pages vues correspond à un nombre de requêtes effectuées lors d’une session d’un visiteur. Il s’agit donc d’un indicateur se fondant sur la fréquence de chargement des pages d’un site.

Généralement, les internautes considèrent le nombre de pages vues comme un indicateur pertinent dans le sens où il permet de savoir si l’utilisateur s’est intéressé au site ou pas. La pensée est la suivante : plus un visiteur a vu de pages, plus il y a des chances pour que le site l’aie intéressé. A mon sens, ce point de vue reste vrai pour des sites réputés et généralistes, comme par exemple Le Monde (lemonde.fr) ou encore la rubrique sport de Yahoo (sports.yahoo.com). Mais ne nous emballons pas trop vite…

Analysons cet indicateur plus en profondeur…

Une page web se définit à l’aide d’une url unique ou alors d’une combinaison de paramètres au sein d’une même url. Les paramètres permettent aux outils d’analyses statistique de déterminer à quel moment l’utilisateur a changé de page, à quel moment l’internaute a procédé à une nouvelle requête.

Cependant, rien que par ce début d’analyse, un problème se pose : vous avez certainement dû, tout comme moi, testé un de ces fameux outils en ligne « à la web 2 » qui poussent comme des champignons sur le web. Or, il se trouve que la majorité de ces sites utilisent de l’Ajax ou une combinaison de Flex et de Flash par exemple. Dans ce cas, l’url ne change pas et un contenu différent est généré au sein de la même url. Problème ? Toute la définition (évoquée précédemment) d’une page vue est complètement faussée.

Un exemple ? Rendez-vous sur le site américain de Nike, version Flash. Utilisez le système de naviguation et avec les commentaires, vous comprendrez en un instant que le concept de pages vues est définitivement mort…

Le pire, dans tout cela, c’est que certains outils d’analyses statistiques aiment toujours mettre en avant cet indicateur. Préférez, à mon sens, le taux de rebond, le nombre de visiteurs uniques. Enfin, je déconseille également de se baser sur l’indicateur « pages vues/visite ». En effet, qui vous dit qu’un internaute ayant parcouru 5 pages lors d’une visite a préféré votre site par rapport à un internaute qui n’a fait qu’une page vue lors de sa visite… Peut-être que le premier a désespérement cherché une information…