SEO-attention-au-charlatanLorsque j’ai commencé à m’intéresser de près au référencement naturel en 2005, il s’agissait là d’un métier obscure, pas vraiment bien reconnu sur le web et pour lequel la plupart des gens ne savait pas du tout en quoi cela consistait.

Cependant, je vous rassure, en 2015, on rencontre encore des personnes ne comprenant pas la signification de SEO et en quoi il consiste concrètement.

Envie d’un petit challenge ? Expliquez de façon clair et limpide ce qu’est le SEO à un membre âgé de votre famille ou à une personne pas familière avec le web. Vous allez voir, c’est un bon exercice.

1. LE SEO ENTRE 2005 ET 2015

Voilà près de 9 ans que j’exerce dans le milieu et avec le temps, le métier a commencé à se faire connaître, y compris au Canada. Depuis le début de ma carrière, j’ai pu observer 4 grands profils de personnes s’étant mis à « faire du SEO » :

Les jeunes diplômés qui trouvent l’expertise passionnante : issues d’une formation en rapport avec le web, ces personnes ont choisi d’elle même de s’investir dans tout ce qui touche au SEO pour différentes raisons. Généralement, ils/elles ont un bon petit bagage lié à l’informatique et au web. Pour ma part, j’appartiens effectivement à cette catégorie puisqu’à la fin de mes études à Hétic, j’ai délibérément choisi d’aller dans le domaine du référencement.

Les journalistes ou rédacteurs web : ancien journaliste, rédacteur web, ces personnes ont compris que savoir écrire servait l’expertise SEO et ont décidé de se reconvertir partiellement dans le domaine… Ou parfois complètement.

Les personnes issues du web ou du marketing : développeur web, analyste fonctionnel, expert en expérience usager, j’ai pu aussi noter des reconversions à ce niveau-là. Il est vrai que toutes les expertises touchant au web sont liées d’une façon ou d’une autre… Et c’est d’autant plus vrai avec le SEO.

Les personnes qui veulent en faire car c’est « un bon filon » : je ne vous cache pas qu’il s’agit d’une catégorie pour laquelle j’ai peu d’estime… SEO ou pas, ce genre d’individu est partout et finit malheureusement par générer de l’influence sur le métier, surtout si ce dernier est spécifique : encore une fois, c’est le cas du SEO.

2. NE PÉTEZ PAS PLUS HAUT QUE VOTRE CUL

Derrière cet intertitre un peu provocateur, j’ai constaté 3 principaux faits récurrents qui peuvent énerver la communauté professionnelle :

  • Penser qu’on est un stratège sénior en SEO avec… 3 ans d’expérience. Stratège en 3 ans, c’est dur à croire… Mais sénior en plus ? Restons sérieux. Je comprends que ça puisse paraître vendeur sur Linkedin mais par pitié, revenez sur Terre. Même si le métier est relativement jeune, on ne peut se prétendre sénior en 3 ans.
  • Les rédacteurs web qui se disent expert SEO alors qu’ils ne comprennent strictement rien au HTML et aux redirections HTTP. Par contre, ils m’assurent de savoir remplir un title, une meta description, un h1 et placer les bons mots dans le texte. Encore une fois, je n’accuse pas tous les rédacteurs web mais j’en ai vu certains qui avaient pris un peu la grosse tête.
  • Ceux qui ont appris le SEO en 2 semaines car c’est facile. Ces mêmes personnes n’ont pas du tout un passé professionnel issu du web mais se vantent de pouvoir vendre l’expertise facilement et qu’en plaçant des mots-clés, on a fait 50% du travail.

Ces 3 cas, je les ai vu, entendu et réentendu plusieurs fois depuis le début de ma carrière. Et à force, on finit alors par comprendre pourquoi certains clients fuient le SEO comme la peste car ils ont eu une malheureuse expérience avec un « charlatan ». Et forcément, quand vous faites votre travail honnêtement et avec un grand professionnalisme, vous devez récupérer toute la confiance du client envers l’expertise… Ce qui est loin d’être aisé.

3. PRENEZ GARDE AUX CHARLATANS DU WEB

Le SEO, en 2015, reste encore pour certains un métier mystérieux qui nécessite parfois un peu d’explication (et c’est normal). Malheureusement, d’autres en ont profité pour banaliser le terme et vendre des « prestations » un peu de la même façon que le marchand me vend 1kg d’oranges de Californie au marché du coin… Bref !

En discutant avec plusieurs professionnels mécontents dans les prestations qu’ils avaient reçues dans le passé, des points communs émergent (que ce soit en France ou au Canada) :

  • Le prix était attractif
  • La vente se passait bien mais l’implantation était désastreuse
  • Il n’y avait pas de stratégie
  • Il n’y avait pas d’objectifs (à part le trafic brut)
  • Il y avait « plus ou moins » des promesses d’augmentation de trafic
  • Il n’y avait pas de suivi de mesure de performance
  • Il n’y avait pas de travail d’équipe avec les autres collaborateurs (dév, intégration, ux, design)
  • Le travail était très orienté mots clés
  • La plupart de ces personnes recevait une méthodologie directement importée d’un article de type Moz.com sans vrai modification
  • Les explications en cas d’échec (et même de réussite) étaient très floues
  • Des « positions » étaient garanties

Vous me suivez ? Ça sent mauvais à plein nez tout ça… Sauf que lorsque vous faites sérieusement votre métier, aucun de ces points ne doit ressortir de votre travail.

Qu’est-ce que je fais alors ??

Critiquer les charlatans existants sans proposer une alternative serait un exercice intellectuel sans grand intérêt. Alors, oui, chers clients, vous devez être sur vos gardes lorsque l’on vous approche un peu n’importe comment pour du SEO. Néanmoins, ne sous-estimez pas cette expertise qui est aujourd’hui primordiale dans tout projet web.

Quelques trucs pour vous guider lors de votre rencontre avec un expert du domaine (agence ou professionnel à son compte) :

  • Demandez-lui de vous présenter sa méthodologie de travail
  • Prenez le temps de consultez son profil Linkedin
  • Allez jeter un coup d’œil à ses derniers clients et demandez-lui ce qu’il a fait pour eux.
  • Participez aux DoYouSEO Camps qui sont organisés régulièrement pour en savoir plus sur le SEO (ok, pub facile mais c’est à but non-lucratif)
  • Si vous avez des amis/connaissances en commun, pourquoi ne pas leur demander leur avis sur le travail de cette personne/agence ?

Regagner la confiance d’un client envers le SEO n’est pas aisé, loin de là… Mais pas impossible. J’ai pu en faire l’expérience au fur et à mesure de ma carrière et ça demande pas mal de ténacité et de patience.  Après, il va falloir montrer patte blanche et réaliser une prestation constructive avec lui.

Have fun !