Au cours des 12 derniers mois, j’ai pu lire beaucoup d’attaques allant à l’encontre des référenceurs et du métier de référencement.

En lisant certains blogs, on a même l’impression que c’est devenu un rituel pour certains de descendre le métier. Alors évidemment, la première réaction est le coup de bâton gourdin marteau que l’on souhaite donner à tous ces vilains qui vomissent de telles paroles.

Bien qu’il y ait toujours des imbéciles qui ne changent pas d’idées et qui continueront de dépenser inutilement leur énergie pour pourrir le métier, le vrai problème se trouve, selon moi, au travers d’un simple mot : l’ignorance.

L’ignorance entraîne la méfiance

En effet, bon nombre de professionnels ne savent toujours pas (en 2012) ce qu’est réellement le référencement et on se fait souvent coller une étiquette de ce style :

  • La personne qui s’occupe des mots-clés
  • La personne qui s’occupent de Google Analytics
  • La personne qui me pond des rapports
  • Le webmaster qui met des mots-clés
  • Le sorcier qui nous sort des théories
  • Celui/celle qui nous empêche de faire ce qu’on veut sur notre site web.

Certaines accroches peuvent faire rire et pourtant, je suis presque sûr que vous avez du être rattaché au moins à la moitié de ces étiquettes foireuses.

Pour faire simple, voilà comment je présenterais le référencement naturel (SEO) en 2012 :

Le référencement consiste à développer et mettre en œuvre des stratégies pour un site web, afin d’améliorer sa notoriété, sa visibilité et son utilisabilité auprès des utilisateurs provenant des outils de recherche. Les différentes et nombreuses tactiques et stratégies mises en places ont pour objectif global/primaire d’accroître le trafic depuis les moteurs de recherche.

Cette définition est courte, voire incomplète (je suis le premier à mixer SEO et Webanalytics). Pour faire plus propre, nous pourrions ajouter :

Le trafic supplémentaire accumulé devra accompagner le client dans l’accomplissement des objectifs fixés pour son activité, tout en développant une expérience utilisateur positive.

Mais revenons aux fondamentaux :

Une définition qui montre ses faiblesses

Le vrai problème concerne la partie soulignée de cette définition.Des référenceurs ont souvent utilisé des techniques très agressives pour accroître le trafic de leur site, au point d’oublier qu’au final, c’est un utilisateur qui va rechercher l’information chez le client, pas Google.

De là est né alors un sentiment d’incompréhension de la part des professionnels, voire de dégoût car « on passe pour des gus qui veulent gonfler le trafic d’un site à n’importe quel prix ». Ceux/celles qui pensent ça ont peut-être eu une mauvaise expérience.

L’intelligent et l’imbécile

Et à partir de là, il y a les intelligents et les autres. Les autres, ce sont ceux et celles qui généralisent leur mauvaise expérience d’une manière nationale, voire mondiale. Mister X m’a fait ça, c’est sûr que tous les référenceurs/référenceuses  font comme Mister X et ils sont donc aussi pourris ces escrocs.

Bien évidemment, vous l’aurez deviné, c’est loin d’être le cas. A tous ceux et celles qui ont eu un mauvaise expérience en référencement, rappelez-vous de deux choses :

  • il y aura une personne qui trouvera toujours un moyen pour vous rendre bien plus visibles dans les moteurs de recherche, peu importe les moyens employés.
  • et puis il y aura une personne qui comprend comment les usagers recherche l’information (sur le web et ailleurs) afin de développer des stratégies ciblées et faire le maximum pour que vous ayez une chance d’apparaître là où vous devez apparaître.

Une évolution ultra rapide

Enfin, je souhaite terminer ce post sur le fait que le domaine du Search est en évolution ultra rapide. En effet, l’évolution des moteurs se fait à grande vitesse, bien plus rapidement que d’autres domaines du web. Ce point contribue également à la fausse idée que l’on peut se faire du SEO.

Bref, je vois déjà autour de moi la plupart de mes chers amis SEO défendre farouchement le métier et je les remercie. Pour ma part, j’avais envie de faire ce post car ce point de vue me trottait dans la tête depuis quelques temps.