Bouffer de la conférence et du workshop SEO/SEA et Analytics pendant 1 semaine, c’est fait et ça été un régal.

Si l’événement a démarré le lundi 4 juin en fin d’après-midi, c’est à partir du 5 juin que les conférences ont démarré. Voici un récapitulatif de ce que j’ai pu voir. Plusieurs conférenciers intervenaient autour d’une grande thématique. Je vais séparer mon compte-rendu en 2, voire 3 posts.

SEO Periodic Table 2012

L’objectif était de faire le point sur les grands changements SEO depuis début 2012 : pas mal de cas pratiques au rendez-vous, notamment sur les ancres de liens et les signaux sociaux.

Quelques rappels sur les signaux UX qui semblent être de plus en plus pris en compte par les moteurs. Une présentation sur la réflexion des éléments qualitatifs liés au visiteur qui peuvent être pris en compte par Bing et Google était également de la partie.

Pas trop de blabla sur Panda et Pingouin et… C’était tant mieux. J’ai bien aimé le récap de Jeff McGurn de chez Covario.

Hardcore Analytics

Conrad Saam, de chez UrbanSpoon, a partagé son expérience autour du Webanalytics lié directement au SEO avec le détail de son process. J’ai apprécié son approche et sa façon de faire pour mesurer l’évolution de ses actions SEO pour lui, ainsi que pour son client.

Il était également intervenant durant le workshop « In House SEO Exchange » et j’ai apprécié le fait qu’il soit orienté « mesure des performances en combinant plusieurs data ».

En revanche, grosse déception en écoutant la présentation de Rachael Gerson. Elle s’est contentée de déballer une checklist des points à ne pas oublier de configurer dans GA lors de son implantation. Un bête mémo de ce qu’on trouve sur le Google Webmaster.

En même temps, avec une présentation qui contient soit un chien, soit un chat, soit un bébé sur chaque slide, ça partait mal dès le début…

Enfin, la partie « Build your own Dashboard » aurait pu être intéressante si le public n’avait pas été si frileux d’entrer un peu dans la technique. A quoi bon se prétendre SEO Expert si on ne souhaite pas que l’intervenant parle un peu de Javascript… Damn !

Hardcore Local SEO Tactics

Les 3 intervenant ont couvert une grande portion de ce qu’il faut savoir et retenir de toute la partie locale. Evolution entre 2006 aujourd’hui en entrant dans des points concrets, 2 cas pratiques pour illustrer le tout, un récap sur Map Maker et Google+ local.

Enfin, pas mal de tips pour tracker et gérer les reviews de son site, sans oublier les autres éléments qui peuvent être pourris (images, nom, adresse et téléphone).

Bref, pour résumer, l’algorithme Google prend en compte les signaux suivantes : proximité du lieu + autorité du domaine + autorité de l’auteur + signaux sociaux + brand.

SEO & Social Power Tools

Cette section a commencé avec Michael King. Ce mec sait bien présenter, réveiller le public sans entrer dans des phrases qui ne servent à rien. En gros, c’était simple. Pour chaque besoin SEO/Analytics, il nous proposait 2, voire 3 outils qu’il recommande.

On entrait direct dans l’essentiel, avec des noms et des exemples. Rapide, propre et j’ai une petite liste d’outils à tester là. Quant à l’orateur, il est super dynamique, parle suffisamment fort et distinctement et ne s’éternise pas en longueur… J’aime ça !

L’intervention suivante nous était présentée par Rhea Drysdale, qui est revenu sur les méthodes et actions pour trouver l’outil SEO qui correspond à nos besoins. Pas mal, cas pratique intéressant mais elle a eu le malheur de s’éterniser dans des théories incessantes au début, ce qui a eu pour cause de provoquer le départ d’une partie de la salle.

Au moment ou je me suis levé pour partir, c’est là que j’ai pu voir qu’elle rentrait enfin dans le vif du sujet.

 Questions-réponses avec Matt Cutts

La journée s’est achevée avec une série de questions-réponses dédiées à Matt Cutts.

Danny Sullivan animait le débat et il n’hésitait pas à pousser le petit Cutts dans ses retranchements pour avoir une réponse plus claire (nous connaissons tous Google à propos de la clarté de ses propos). Voici quelques retours :

  • Toutes les alertes qui proviennent du Google Webmaster Tools nécessitent une action manuelle de la part de Google.
  • On peut demander à Google d’ignorer les liens entrants provenant de domaines pourris à cause des référenceurs qui font du negative SEO.
  • Réseau de liens = pénalisation par Google.
  • Google Knowledge : l’objectif est de répondre le plus facilement possible à des questions de la vie de tous les jours, extrêmement simplistes (on verra bien).
  • Rich Snippets : Google est en pleine modification de son algorithme pour contrer l’abus de ceux/celles qui en abusent.
  • Liens entrants foireux : si Google vous envoie un message à ce propos dans GWT, il suffit, assez souvent, de supprimer les liens entrants depuis l’échantillon de domaines fournis par Google pour ensuite redemander une considération et retourner à une situation normale.
  • Matt Cutts admet que le bouton + 1 est loin d’être le meilleur signal social que Google a fourni à ce jour (soit c’est vrai, soit il veut éviter l’abus comme pour les rich snippets).
  • Google admet qu’ils ont encore des efforts à faire sur la transparence de leurs actions (ou c’est peut-être parce que Matt Cutts avait peur de se faire lyncher par les 200 référenceurs présents dans la salle :D).

Suite du compte-rendu à venir…