all_yoono.jpgBien qu’un peu tardivement, je me devais de faire un petit article sur Yoono car certaines personnes dans mon entourage ne savent toujours pas à quoi ça sert. Yoono est une application gratuite (pour le moment) qui intègre la recherche, la gestion et le partage d’informations. C’est à la fois un moteur de recherche collaboratif, ainsi qu’un outil permettant de trouver des sites web similaires à ceux que vous visitez. Très puissant, j’ai pu découvrir quelques mines d’or du Web grâce à ce petit programme. Généralement, il arrive à trouver dans 99% des cas, des sites très similaires à celui que vous avez comme base, et ce, sous toutes les formes différentes (blogs, sites communautaires, institutionnels, français, anglais, etc…)

Pas de contraintes d’utilisation : simple et francisé, je pense qu’il s’avère indispensable à tout internaute en quête d’informations. Bref, je vous conseille de l’essayer.

Les bons points de Yoono (source: outilsfroids.net) :

– uploader votre Bookmark sur ses serveurs
– rendre visible les dossiers que vous souhaitez aux autres utilisateurs
– trouver des sites web thématiquement proches de ceux qui vous intéressent par un système de filtrage collaboratif
– être prévenu de nouveaux liens proches de ceux contenus dans les dossiers de votre choix et découverts par d’autres utilisateurs (veille automatique)
– s’abonner directement aux dossiers d’autres utilisateurs
– trouver des experts sur certains dossiers
– publier les dossiers sur lesquels vous pensez avoir une expertise
– accéder à vos fils RSS (en important par exemple votre fichier OPML)
– filtrer vos fils rss et votre bookmark par mots-clés
– surfer sur le Web avec un navigateur intégré (mais aussi d’ouvrir une URL dans votre navigateur par défaut bien sûr)
– envoyer des dossiers d’adresses ou de fils RSS par email

Un bon point : le logiciel reste connecté en permanence aux serveurs de la société éditrice. Et puis bon, si vous avez un superbe bookmark, autant le mettre en ligne et le faire partager plutôt que de le garder comme un chacal, en local, sur sa machine.