Lorsqu’on parle microformats, beaucoup connaissent ce terme, notamment grâce à l’évolution de la prise en compte des résultats de recherche locaux sous Google. Entre Place Search, la modification des résultats Google durant l’automne 2010 et l’importance des reviews sur un item, Google accorde de l’importance à tout ce qui touche aux résultats de recherche locaux. En ce qui me concerne, la partie Place Search n’est pas celle que j’ai le plus utilisé dans mes projets. Je me suis plutôt concentré sur l’implantation d’autres types de microformats, comme le hreview, hcard et hrecipes par exemple.

Ce que je vous propose ici s’apparent à un guide de référence « fait maison » sur les microformats, orienté SEO et développeurs (bah oui faut toucher un peu au code pour mettre en place le nouveau balisage :p) qui s’organise de la façon suivante :

1) Informations générales

Les microformats sont aujourd’hui utilisés par la plupart des sites qui regorgent d’informations appartenant souvent à une même famille de catégories. Ils peuvent avoir un impact sur la recherche et dans les résultats de recherche. Des sites tels que Yelp, Linkedin, Recettes du Québec, Coupdepouce ou encore CitySearch les utilisent. Commet dit précédemment, les microformats sont souvent bien connus via Google Place et la domination des résultats locaux dans l’en-tête de Google.

Au niveau SEO, les microformats sont pris en compte par nos deux principaux moteurs, à savoir Google et Bing. Cependant, Google a décidé d’exploiter davantage les résultats présentant des microformats et on observe ainsi des modifications dans l’affichage des résultats. Prenons un exemple ci-dessous avec le microformat hrecipe :

Un résultat seo friendly sans microformat...
Un résultat équivalent avec des microformats...

Vous vous doutez bien sur que l’impact n’est pas le même entre les deux. Ainsi, un site présentant des résultats de recherche dotés de microformats se verra attribuer d’une meilleure visibilité globale pour l’internaute. Qui dit plus visible dit meilleur taux de clics. Qui dit meilleur taux de clics dit amélioration dans le positionnement organique.

Autre point important : ce n’est pas Google qui a lancé les microformats. Bien que le célèbre moteur sache les exploiter (même s’il en est encore à un stade expérimental pour un bon nombre d’entre-eux), les Microformats sont avant tout un standard libre pour formater vos données en ligne. Il s’agit là d’une nouvelle façon d’imaginer vos données mais aussi un moyen qui va vous permettre de bâtir/améliorer la structure de contenu publié sur vos sites.

De ce fait, comme je l’avais évoqué lors de mon article sur les tendances SEO de 2010, les microformats ajoutent au final une nouvelle couche dans la stratégie de référencement de vos sites web.

Enfin, les microformats sont, selon moi, une nouvelle voie d’entrée qui permet de voir que le référencement des données s’oriente de plus en plus vers la qualité et non vers la quantité. Le sujet n’est pas nouveau certes, mais avec le duomicroformats+réseaux sociaux, pas question de proposer des pages d’atterissages toute pourries :)… Enfin après chacun fait ce qu’il veut hein !

2) Principaux microformats

Il existe une multitude de microformats existants, afin de pouvoir catégoriser un grand nombre de type de données différentes. Vous pouvez voir la liste complète mais je souhaite revenir sur quelques uns assez récurrents, surtout au niveau SEO :

  • hCard : dédié aux personnes, organismes et places.
  • hReview : dédié aux avis fournis par les utilisateurs (par exemple pour un produit ou un événement).
  • hRecipe : dédié aux recettes de cuisine.
  • hCalendar : pour l’annonce d’événements et la gestion de calendrier en ligne.
  • Geo : pour tout ce qui touche à la localisation via les coordonnées géographiques.
Annonce d'événement avec microformats dans Google...

3) La démarche avec Google

Vous avez mis des microformats sur la plupart de vos données et vous souhaitez que Google les prenne en compte ? C’est possible, mais sachez encore une fois que rien n’est garanti chez Google… La première chose à faire est de tester si vos microformats sont correctement entrés. Pour cela, Google propose un outil de vérification bien pratique pour analyser l’implémentation des microformats sur vos pages.

Si vous n’avez pas d’erreurs, il ne faut pas hésiter à ce moment là, à faire savoir au moteur que vos données sont en microformats. Un formulaire en ligne est disponible pour faire votre demande de considération auprès du moteur. C’est tout ! Vous n’avez plus qu’à attendre et espérez que ça va marcher. Le délai d’attente ? De mon côté, il m’est arrivé d’attendre 5 jours comme… 1 mois, encore une fois tout dépend de GG.

Si après plus d’un mois, il n’y a toujours aucun changement, à vous de voir s’il n’y a pas moyen de modifier ce que vous avez fait (trop de données en microformats, microformats incompatibles, niveau de prise en compte d’un microformat…).

4) Ressources supplémentaires

5) Mon expérience avec les microformats

Sur la plupart de mes sites clients, j’ai réussi à implémanter des microformats. Au niveau SEO, la prise en compte par Google en est encore à l’état expérimental. De ce fait, il m’a été nécessaire de bien expliquer que le coût nécessaire à la réalisation de ce projet pouvait varier, en fonction du nombre de retouches que nous devrions apporter pour que les microformats soient 1)valides mais surtout 2) pris en compte par Google.

Et vous ? Avez-vous déjà implanté les microformats sur votre site ? Comment fut l’expérience ? Au bout de combien de temps avez-vous vu un changement dans les résultats ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires !

A lire aussi :