5 données Webanalytics à exploiter en référencement naturel

Webanalytics et SEO sont deux métiers complémentaires qui partagent des données communes. Vous trouverez ci-dessous un ensemble de 5 données à exploiter, aussi bien en référencement naturel qu’en Webanalytics :

  • Les URL uniques génératrices de trafic entrant depuis les moteurs : information intéressante puisqu’elle permet de suivre facilement l’état d’indexation de vos pages clés.
  • Les domaines externes qui génèrent du trafic entrant : quels sont les domaines externes qui vous génèrent le plus de liens, et surtout de manière régulière ? Cette information est bonne à connaître et à suivre d’un point de vue linking externe entrant.
  • Les nouveaux domaines qui génèrent du trafic chaque mois : il ne s’agit pas là des sites « fidèles » à votre activité mais plus des domaines qui ont généré de manière ponctuelle un nombre de liens entrants limité vers votre site. Il peut parfois y avoir de bonnes surprises…
  • La part des mots-clés qui pointent vers des pages à fort taux de rebond : analyse très importante puisqu’elle va permettre de voir si les efforts réalisés en SEO portent leur fruit… Ou pas. Dans un cas comme dans l’autre, c’est l’occasion de peaufiner ou revoir la structure et le contenu de ces fameuses pages.
  • Les mots-clés les plus tapés qui génèrent des visites à plusieurs pages : lié à l’analyse précédente, il peut être pertinent d’étudier quels sont les mots-clés tapés qui engendrent des visites assez « qualifiées » sur votre site, à savoir des visites à plusieurs pages, voire des visites qui remplissent assez souvent les objectifs de conversions définis.

De toute façon, vu le nombre d’indicateurs disponibles dans les outils, les multiplications sont nombreuses. En cas de manque d’inspiration, un petit tour sur Webkpi devrait vous aider :).

4 réflexions au sujet de “5 données Webanalytics à exploiter en référencement naturel”

  1. Bonsoir,

    Je pense que vous avez donné les principaux éléments d’une analyse web. Par contre, j’émettrais quelques réserves su le taux de rebond car il n’est pas rare sur un blog de voir des taux pouvant atteindre 70%.
    Si une page statique possède ce chiffre, il est clair qu’il faudra la retravailler.

  2. J’ai toujours du mal à juger de la signification d’un taux de rebond. Je pense qu’on ne peut rien dire d’un taux sans contexte. Sur un site informatif, un taux de rebond de 100% peut par exemple signifier tout aussi bien que les utilisateurs trouvent l’info recherchée dès la premlère page et s’en vont (ce qui est positif à priori), ou que les utilisateurs s’enfuient rapidement parce que l’info est absente ou la page mal conçue (ce qui est évidemment négatif). Dans ce cas on peut regarder le temps passé sur la page, mais là encore selon le contexte plusieurs interprétations peuvent être possibles…

    Un indicateur pertinent pour les sites de marques est aussi la part de visites liées à la notoriété (recherches sur le nom de marque). Un surcroit de visites issue des moteurs sur de tels sites peut s’expliquer par des actions de communication offline ou online et n’est donc pas signe en soi d’un meilleur référencement.

  3. Pour ton probleme d’analyse du taux de rebond il faut le coupler à la durée de visite de la page.
    Si tes visiteurs ne restent pas sur la page c’est que ton design n’est pas interessant ou mal fait : la présentation pas bonne. Il faut donc intervenir là dessus.
    Si par contre tes visiteurs restent longtemps sur ton site mais avec un taux de rebond elevé c’est qu’ils sont satisfait de ton article car ils ont trouvé ce qu’ils voulaient vraisemblablement.

    Il ne faut jamais avoir une seule donnée à exploiter, seule elle ne vaut rien en général.

Les commentaires sont fermés.