Les dangers de l’attribut nofollow

L’attribut nofollow est un élément que j’utilise assez souvent sur l’ensemble des sites que je gère. L’objectif de cet attribut est d’indiquer aux moteurs quelles sont les pages qui n’ont pas besoin de profiter des bénéfices acquis en référencement sur votre site web. Utilisé à bon escient, quoi qu’on dise, le nofollow peut vous aider dans votre stratégie en référencement. Cependant, s’il reste un attribut pratique, le nofollow peut se révéler extrêmement dangereux.

1er cas :

Lorsque l’on souhaite isoler une page B qui ne représente rien ou presque pour le référencement (ex : login), on applique un attribut rel= »nofollow » sur le lien de notre page A, de manière à ne pas redistribuer le « link juice » (ou bénéfice acquis en référencement sur la page A) vers la page B. D’autres pages en ont davantage besoin.

nofollow-ex1
La page B ne va pas bénéficier du référencement de la page 1 : peu importe si son indexation est mauvaise, la page B est sans intérêt !

2ème cas :

Il s’agit d’un exemple typique où l’utilisation de l’attribut nofollow peut être dangereuse. En effet, si vous faites une utilisation massive de cet attribut à travers des pages intermédiaires qui ne vous semblent pas importantes mais qui permettent de démultiplier les chemins d’accès aux contenus principaux, vous vous tirez une balle dans le pied. En effet, dans notre exemple, les pages C, D et E linkent la page Y, page qui est importante pour le référencement. Mais le fait de bloquer le link juice vers ces pages réduisent les possibilités de linking interne. Pour évitez cela, vous devez être capable de comprendre parfaitement le fonctionnement du crawl des moteurs, du Page Rank, du linking interne et surtout maîtriser parfaitement la structure de votre site.

exemple-2
Tuer la démultiplication des accès à une page importante, c'est tuer son référencement !

Si vous êtes pressé d’utiliser du nofollow sur vos sites, voici, pour finir, quelques petites infos pour éviter le pire :

Peu de risques sur :

  • Conditions générales.
  • Mentions légales.
  • Mot de passe oublié.
  • Login / S’enregistrer.
  • Alertes.
  • Flux RSS.

Risques existants sur :

  • Page de détails service/produit.
  • Pages de rubriques.
  • A propos.
  • Liens de pagination.

13 réflexions au sujet de “Les dangers de l’attribut nofollow”

  1. Bonjour,

    Je me demandais quelle stratégie adopter avec le nofollow.

    Tout d’abord, je l’ai enlevé sur les commentaires et ne l’ai pas mis pour mes liens partenaires (c’est mon choix comme dirait l’autre).

    J’ai mis le lien vers ma page « contact » en nofollow et celle vers les archives aussi (je ne suis pas sûr que ce soit bien pour cette dernière).

    Et je m’interroge sutout sur le fait de les mettre sur les liens du widget « catégories », « liens récents » et « commentaires récents ». Auriez-vous une réponse?

  2. Bien vu Ramenos de rappeler cela, ça ne coute rien.

    @ Rick : A ta place j’éviterai d’en mettre sur les liens vers les archives à moins que celles ci soient en noindex, sinon c’est un non sens. Pour ce qui est des catégories, pourquoi faire cela ? Ca rejoins exactement le second exemple que Ramenos nous donne. Comment vont être linkés tes articles si tu leur enlèves les catégories ? Pour le reste, il faut se poser la question suivante : « Ces pages ont-elles une importance pour la transmission du link juice ? »

    Si la réponse est non, tu peux les passer en nofollow.

    Cordialement, L.Jee.

  3. Réagir dans l’urgence n’est jamais bon en référencement :-). Mettre l’arborescence de son site à plat, analyser ses statistiques, pages d’entrées et autres… et judicieux avant de mettre effectivement du nofollow sur tout et n’importe quoi.

  4. Salut Rick Hunter,

    Attention, ici Ramenos ne parlent pas du nofollow vers le pages externes, mais dans les pages internes pour améliorer le « link juice ».

    Le premier type est politique (http://www.dofollow.fr/pro-dofollow-no-nofollow-4), le second peut être pertinent, mais selon moi c’est une affaire d’expert, car les effets sont minimes dans la plupart des cas. C’est vraiment lorsque les autres leviers (wording, texte d’ancrage) sont déjà parfaitement optimisés.

  5. Ok avec Alex : il faut bien séparer stratégie de nofollow externe et interne. La 1ère présente bien évidemment un risque ultra minime pour votre site web :-)

  6. Pensez-vous qu’il est dangereux de mettre des nofollow sur des pages de liste de programmes qui comportent des tris par date (nofollow), par consultation (nofollow) afin que les bénéfices du référencement portent uniquement sur le tri par pertinence (sans nofollow donc) ?

  7. @ramenos : bon petit rappel qui fait pas de mal a tout le monde :)
    @suquet : les elements qui affichent juste le meme contenu dans un ordre different (ex: les tris) devraient etre mis en nofollow… tu devrais juste laisser en follow celle qui:
    1. a plus de jus naturellement (liens internes et liens externes)
    2. Celle qui va etre plus pertinente pour les utilisateurs

  8. merci pour ce billet !
    il est vrai que je n’utilise pas nofollow mais cela peut se révéler intéresent.
    merci d’exposer la plupart des facettes de cet attributs.
    super billet.

  9. Je me souviens il y a quelques années rien de tous ça n’existait et tout allait bien, d’ailleurs encore aujourd’hui beaucoup de sites ne l’utilisent pas et s’en portent très bien, mais je pense que le bénéfice de cet attribut est positif pour les sites marchands de grandes tailles et les blogs avec des articles régulièrement mis en ligne.

  10. Le nofollow permet de faire du PR sculpting, rien d’autre.
    Comme le précise Dan, il faut faire attention à son utilisation, c’est aussi pourquoi on parle de rustine.

  11. Comment se passe à votre avis, si je met ma page « contact » en no index mais que les liens restent follow. Est ce que le PR passe sans s’arrêter en arrivant sur les pages liées à la page contact.

    L’utilisation du Noindex est aussi intéressant que lke nofollow pour le PR sculpting.

  12. Le nofollow est une plaie pour le web. J’ai fait un test dernièrement qui montre que le nofollow bloque complètement le passage du pr et empêche l’indexation d’un contenu.

    Sauf que maintenant, un lien nofollow ferait perdre du pagerank à l’ensemble du site où il se trouve (dixit Google). Et dans le même temps, il prendrait quand même en compte les liens de Twitter et Facebook pour le référencement naturel (alors qu’ils sont tous en nofollow). Il y aurait donc une indexation à deux vitesse.

    Pour mon article, il se trouve ici : NoFollow et référencement

Laisser un commentaire