connaissances-techniques-seoLe SEO est un métier qui s’est quelque peu démocratisé au cours des 3-4 dernières années, que ce soit en France ou même au Québec. Cependant, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui se disent expertes SEO car elles couvrent les points suivants :

  • Recherche de mots clés
  • Partage et stratégie de branding via les réseaux sociaux
  • Création de contenus

Alors tout ça, c’est bien beau, mais il reste toute la partie technique qui occupe quand même la partie la plus basse de la pyramide SEO. Et concernant celle-ci, le nombre d’expert en visibilité organique chute tout à coup drastiquement.

On peut répartir les « skills techniques » selon 5 grandes familles :

  • L’administration système et l’analyse de l’hébergement
  • La capacité à coder du HTML et comprendre parfaitement son sens
  • La définition/création de l’architecture d’un site web et de la possibilité de jouer avec les données (BDD bienvenue)
  • Connaissances en PHP, Javascript et si possible d’autres langages
  • Connaissances en outil de gestion de contenus

Au passage, on note qu’améliorer ses compétences dans ces 5 sujets ne servira pas seulement au SEO mais aussi à améliorer vos compétences web.

Administration système et hébergement

Savoir lire et exploiter un fichier htaccess est un prérequis. Savoir écrire une règle de redirection est une chose, penser qu’il faut tout entrer dans un fichier .htaccess pour que celui-ci pèse plusieurs mega-octets en est une autre… Si vous pensez qu’il faut tout entrer là-dedans sans se soucier des conséquences en matière de performance, il vous reste encore un peu de chemin à faire.

Au niveau des systèmes de serveurs web, on a 2 grandes écoles : Microsoft IIS et Apache. Honnêtement, j’ai peu de connaissance sur le premier car il ne m’a encore jamais servi.

Être un pro absolu dans l’utilisation d’Apache n’est pas obligatoire, mais il faut bien comprendre à quoi ça sert, comment ça marche, quelles sont les nouveautés qui vont vous servir et comment implanter quelques fonctionnalités (réécriture d’URL, pagespeed, information sur le serveur…).

Au passage, savoir comment le serveur est configuré, quels sont les droits d’accès et comment exporter des rapports. Tout comme moi, si votre site se fait hacker, ça vous motive à en apprendre plus sur le sujet !

Le HTML

Un référenceur qui ne sait pas coder 3 lignes de HTML n’est pas un référenceur : c’est un peu direct mais c’est la réalité à mes yeux. Le HTML représente l’élément primaire en ce qui concerne l’affichage front-end. Si vous êtes paumés là-dedans, il va falloir bosser.

Pareil, il y a quelques bons réflexes à avoir lorsqu’on survole un code, dont entre autre : analyser les balises d’en-tête, voir si elles sont bien déclarées et remplies, voir s’il n’y a pas d’immenses espaces blanc dans le code. Analyser le JS – est-il problématique pour le crawl ou pas – et bien sûr être en mesure d’analyser si des éléments sont cachés ou pas dans la page, etc…

Si vous pensez que le tableau, c’est la vie, il va falloir sortir de votre grotte. Pareil, si les balises h1, c’est juste de la déco pour vous, bougez-vous pour améliorer vos connaissances en langage sémantique (n’hésitez pas à lire ce petit livre, très bien fichu).

En revanche, si vous êtes déjà en train de vous soucier du format de déclaration des URL dans les pages, de la structure sémantique de votre page, de la façon d’optimiser l’appel des différents éléments ou encore de vous assurer que votre template est accessible depuis n’importe quel terminal, vous êtes sur la bonne voie. Pareil si vous vous demandez si utiliser ce JS qui permet de semi cacher le contenu pour une meilleure expérience usage est toléré par un crawler ou pas vous permet déjà de vous situer à un autre niveau.

N’hésitez pas à vous amuser à faire un petit site perso où vous testerez vos compétences HTML. Si vous avez l’impression de vous y perdre entre HTML et CSS, retenez une chose : d’abord on apprend le HTML (comment structurer sa page) et ensuite on passe au CSS.

Analyse de l’architecture et usage d’une BDD

Cet aspect technique, fortement orienté analyse, est un de ceux que je préfère car il a tendance à évoluer fortement avec le temps. C’est souvent ici que vous allez devoir penser de façon globale puis ensuite rentrer dans une analyse plus spécifique pour tester l’usabilité, la trouvabilité et les possibilités d’indexation de vos contenus en fonction de la structure que vous aurez mis en place.

Pour faire simple, voici les besoins de cette partie :

  • Comment fonctionne la navigation
  • Comment la navigation est-elle implantée
  • Comment est architecturé le template de page
  • Comment l’utilisateur est-il censé interagir avec ce template
  • Est-ce que le crawler va-t-il être en mesure d’exploiter pleinement ce contenu
  • Jusqu’à quel point puis-je exploiter la base de données pour structurer intelligemment mon site
  • Comment le Front end interagie-t-il avec le back-end, notamment sur les différentes fonctionnalités présentes

Ça peut sembler beaucoup et pourtant, c’est vraiment ce qui est essentiel à retenir si vous voulez être sûr de faire correctement votre travail en SEO, tout en étant confiant dans votre approche.

Et d’ailleurs, c’est aussi pour ça que j’aime être un SEO in House car chez le client, on vous donne clairement le temps pour pouvoir répondre à toutes ces interrogations et ça va vous permettre de faire (normalement) un bon boulot.

Dernier point : possédez des connaissances en SQL, ça va vous permettre de voir vous-même si vous pouvez extraire des données personnalisées de votre base. L’architecture d’une base de données, si elle est bien optimisée, c’est la vie pour un référenceur, croyez-moi :). Pour des requêtes complexes, vous pourrez toujours demander de l’aide. Mais si vous savez bien exprimer vos demandes, il se peut que l’IT puisse vous répondre plus facilement… Résultats garanties, j’ai testé !

PHP, JS et Cie

Je ne veux pas trop entrer dans les détails, mais si votre visage se décompose à chaque fois que vous voyez une fonction PHP, il y a peut-être un petit apprentissage à faire. Pour info, je ne suis pas codeur PHP et je suis sûr qu’il y a plein de fonctions dont je ne connais même pas l’existence.

Néanmoins, apprendre à décortiquer une fonction PHP ou JS peut vous servir à mieux comprendre l’architecture de votre site et voir aussi s’il y a des points qui ralentissent l’expérience usager ou le chargement de page.

Au passage, si vous travaillez avec un CMS ou un outil eCommerce, vous ne pourrez pas avancer sans comprendre comment fonctionne PHP et JS à travers votre site. Bien souvent, ce sont des fichiers qui en appellent d’autres… C’est chiant, il faut se plonger dedans mais une fois que c’est fait, vous comprenez davantage le principe et surtout la structure des fonctions.

Outil de gestion de contenus (CMS)

Un référenceur qui sait seulement écrire et éditer un article sur WordPress, c’est moche. Apprenez au moins à vous servir d’un CMS dans son ensemble, je veux dire par là :

  • Installer et configurer un CMS chez un hébergeur
  • Utiliser le CMS pour produire du contenu
  • Créer des templates pour votre CMS
  • Comprendre les différentes fonctionnalités utilisées par le CMS
  • Installer, configurer et personnaliser un plugin
  • Configurer et gérer les droits d’accès
  • Sécuriser votre CMS

Lancez-vous avec un CMS. Sur le plan perso, j’en avais testé plusieurs et à date, je suis toujours avec WordPress. Oui, WP est un trou en sécurité, mais il y a tellement d’évolutions et de possibilités que ça en devient pas mal fun de se plonger dedans. Et ceux qui pensent que WordPress est juste fait pour les blogs doivent aussi sortir de leur caverne et visiter par exemple ce site.

Utiliser un CMS comme vous bon semble vous donnera un sentiment de confiance et un désir d’approfondissement dans la configuration d’un site web. En passant par un CMS, vous pourrez facilement optimiser vos connaissances en matières de serveur web, sécurité, HTML et PHP par exemple… Les possibilités sont grandes.

Pour conclure

Le SEO technique ne correspond pas au fait de coder comme un pro. En fait, il se constitue à travers deux grandes actions récurrentes :

  • Savoir identifier un problème sur un site qui peut faire foirer votre stratégie ou vous pourrit tout simplement la figure
  • Savoir parler à la bonne personne de l’IT, notamment en employant les bons termes pour que cette personne vous réponde du mieux possible.

C’est un travail qui prend beaucoup de temps et lorsque vous êtes in House pour de nombreux clients internes comme moi, vous n’avez pas le choix que d’occuper plusieurs fonctions.

Si vous vous contentez juste de dire « ça ne marche pas, répare stp », vous allez tomber dans le même sac que ceux/celles qui n’ont pas un gramme de connaissance technique… Et donc votre demande tombera dans le sac « demandes chiantes »…. Ce qui est parfaitement compréhensible.

Et pour terminer, vos remarquerez que je n’ai parlé à aucun moment de mots clés… Have fun !

A lire aussi :